CCentral
Suivez-nous

Le GNC gagne en popularité

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark
Right to left, David Vincent, Director, Business Development and Renewable Energies, Gaz Métro; Marc-André Paquin, Business Development Manager, GAIN Clean Fuel; Daniel Goyette, President, C.A.T. (CNW Group/Gaz Métro)

David Vincent, Director, Business Development and Renewable Energies, Gaz Métro; Marc-André Paquin, Business Development Manager, GAIN Clean Fuel; Daniel Goyette, President, C.A.T. (CNW Group/Gaz Métro)

LE QUÉBEC PREND LES CARBURANTS DE REMPLACEMENT TRÈS AU SÉRIEUX.

La province compte déjà la plus grande concentration de postes de recharge pour véhicules électriques au Canada avec plus de 800 emplacements. La province pose maintenant un autre geste positif avec le gaz naturel comprimé (GNC).

En novembre dernier, Gaz Métro s’est associée à US Venture GAIN Fuel Canada et la société de transport C.A.T. pour ouvrir la première station publique de GNC au 4, rue du Transport dans le parc industriel de Coteau- du-Lac. Il s’agit de la deuxième station GAIN au Canada (la première est à Mississauga), et cela démontre bien l’engagement de la société à créer une infrastructure de distribution pour ce carburant non polluant.

Déjà, les Canadiens connaissent le gaz naturel liquéfié (GNL), un produit qui est offert depuis des années dans des sites comme Flying J. Cependant, le GNL nécessite plus de précautions d’utilisation en raison du risque de brûlures cryogéniques, et les stations doivent aussi construire des installations de stockage coûteuses. Avec le CNG, tout ce qu’il faut c’est un accès à un pipeline de gaz naturel. Le carburant est pompé sous haute pression (3 000 lb/po2) dans les réservoirs de véhicules comme des camions de transport.

Lors de l’inauguration de la station, le président de C.A.T. Inc., Daniel Goyette, a dit: «Nous avons investi dans l’avenir en convertissant 100 camions au GNC. Ce virage très avanta- geux nous permettra d’émettre moins de gaz à effet de serre et de bénéficier d’un prix du carburant stable. Nous sommes très heureux d’avoir contribué, avec nos partenaires, à faire de cette installation une réalité.» Il souligne que C.A.T. ex- ploite un parc de 350 camions de transport de classe 8.

Cette station est le 49e site GAIN ouvert ou en cours de construction et le troisième de cinq emplacements de GAIN Clean Fuel en Amérique du Nord ouverts en partenariat avec C.A.T. La première station a ouvert à Mississauga, Ontario, le 26 octobre 2015 et la troisième, à Charlotte, Caroline du Nord, le 19 novembre 2015. Les deux autres sta- tions sont à Laredo, Texas et Scranton, Pennsylvanie. GAIN indique que la construction de ces stations est presque ter- minée, à un coût d’environ 2,5 millions $ par emplacement.

Octane_Gaine_MississaugaSite

Le site qui se trouve à proximité de la gare de mar- chandises de C.A.T. utilise le réseau de gaz naturel de Gaz Métro. La station de Coteau-du-Lac offrira un accès facile et des capacités de remplissage rapide et elle sera ouverte aux autres exploitants de parcs et au grand public. Il s’agira d’une source fiable et continue de carburant pour les parcs de véhicules où les cartes de crédit pour parc automobile seront acceptées afin de faciliter la vie des camionneurs.

Selon Bill Renz, directeur général de US Venture Gain Fuel Canada, l’entreprise cherche activement des partenariats avec deux des plus importants utilisateurs de carburant, soit les sociétés de transport ayant des parcs de véhicules et les détaillants indépendants qui cherchent à améliorer leur portefeuille de produits. «Si vous avez un parc de véhicules, nous pouvons construire un site et nous recherchons des détaillants qui peuvent nous fournir de bons emplacements», dit-il, en ajoutant que s’ils ne trouvent pas le bon site avec un détaillant indépendant, ils peuvent construire sur mesure pour répondre aux besoins du client, comme ils l’ont fait à Coteau-du-Lac où la station est publique, mais adjacente à la gare de marchandises de C.A.T.

Il existe déjà 42 stations de GNC au Canada. Elles des- servent des parcs croissants d’autobus et de camions de transport qui utilisent ce carburant. Il y a maintenant 50 modèles d’autobus et de camions fabriqués en Amérique du Nord qui sont conçus pour utiliser du gaz naturel. Le raisonnement sous-jacent est une volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de saisir les avantages économiques positifs découlant de l’utilisation d’une source d’énergie moins coûteuse.

Actuellement, certains analystes suggèrent qu’il y a un avantage de 0,48 $ à l’utilisation du GNC plutôt que du GNL. Lorsqu’il s’agit de comparer avec le diesel, l’avantage est sen- siblement le même avec le diesel coûtant environ trois fois plus et produisant environ 2,4 fois plus d’énergie que le gaz naturel. Plus important encore, le GNC est moins taxé que le diesel. À l’heure actuelle, il n’y a aucune taxe d’accise sur le gaz naturel, et ce carburant est exempté de la taxe sur le carburant et de la taxe routière provinciales. Son empreinte carbone est également moins taxée en Colombie-Britannique.

Tous ces attributs font dire à Bill Renz que le dévelop- pement sera extraordinairement rapide. En effet, GAIN planifie d’ouvrir trois à cinq nouvelles stations cana- diennes chaque année. «Le Canada est cinq ans derrière les États-Unis dans l’ouverture des stations. Toutefois, les moteurs économiques qui stimulent le développement sont plus importants au Canada grâce aux taxes plus élevées sur le diesel. Attendez-vous à voir plus d’emplacements offrant du GNC à mesure que l’industrie du trans- port découvre les avantages du gaz naturel pour alimenter ses véhicules.»