CCentral
Suivez-nous

Le Salon Dépanneurs, épiceries & cie : Partager la sagesse

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark

Dépanneur du Boisé

Conseils pratiques :

Faites vos devoirs. Participez à des séances qui donneront à votre magasin l’avantage dont il a besoin et trouvez les bons fournisseurs pour répondre à vos questions.

Participez! Jasez avec vos collègues, posez-leur des questions et répondez aux leurs pour faire avancer la communauté des dépanneurs et des épiceries.

Cherchez les tendances. Apprenez ce qui se passe dans l’industrie afin de rester au courant et de donner à vos clients exactement ce dont ils ont besoin.

Prenez une chance. C’est l’occasion pour vous d’apprendre en voyant ce que les autres font afin de trouver votre élément de différenciation.

 

Dwayne Dumont est un homme occupé avec son KZ Lave-auto dont il est copropriétaire avec son oncle à Maniwaki, au nord de Gatineau. Malgré cela, il a quand même réservé du temps pour aller au Salon dépanneurs, épiceries & cie qui aura lieu les 14 et 15 mai au Palais de congrès de Montréal.

«Je cherche toujours des façons de rendre les opérations du lave-auto plus respectueuses de l’environnement, explique M. Dumont. Il pourrait y avoir du nouvel équipement ou de nouveaux produits, comme des savons plus écologiques, au Salon.»

M. Dumont a trouvé tout ce dont il avait besoin au Salon pour lancer son lave-auto sans contact près de la station-service avec dépanneur de son oncle en juillet 2013. «Lorsque je suis allé au Salon pour la première fois il y a deux ans, j’ai regardé tous les produits pour me faire une bonne idée de ce qui était offert, dit-il. Je voulais aussi voir tout ce que cela impliquait, car je voulais m’assurer que c’était un bon investissement pour mon oncle et partenaire, Butch Dumont, qui est propriétaire de la station-service avec dépanneur KZ Gaz+ adjacente.»

En parlant avec des représentants au Salon, M. Dumont a déterminé qu’il voulait un produit De Castel Inc. Il dit que le système Laser Wash 360 qu’il a choisi offre un rendement de l’investissement rapide. De plus, sa conception simple et sa vitesse réduisent la consommation d’eau et l’énergie. Un processus de purification de l’eau à osmose inverse élimine les taches d’eau et réduit la quantité d’eau utilisée. Le système permet aussi au lave-auto de recycler une quantité significative d’eau.

«Ces caractéristiques de conservation de l’eau nous ont aidés à faire approuver rapidement notre projet lorsqu’on a demandé la permission d’ouvrir un lave-auto sur la réserve des Premières Nations Kitigan Zibi ici à Maniwaki», dit-il.

C’est aussi au Salon que M. Dumont a découvert les systèmes muraux pratiques et abordables pour lave-autos de Nuform Building Technologies. «Les panneaux sont recouverts de polymère qui nécessite peu d’entretien, et l’isolant thermique réduit les coûts d’énergie et le bruit, souligne-t-il. Je voulais ce système, car je voulais m’efforcer de bâtir un lave-auto aussi “vert” que possible.»

M. Dumont a aussi obtenu des idées au Salon sur la façon d’installer un système de ventilation efficace, qui utilise l’air du bâtiment pour préchauffer l’eau qui coule dans les serpentins afin de chauffer le lave-auto. Une bonne ventilation limite aussi l’humidité dans le lave-auto, ce qui réduit la quantité d’air chaud utilisée pour sécher les véhicules.

M. Dumont recommande le Salon à quiconque exploite un lave-auto ou désire se lancer. «On découvre vraiment tout ce qui est offert en termes de nouveaux produits et services sous un même toit, dit-il. Cela me permet d’utiliser mon temps efficacement.»

Plus de 2000 autres propriétaires et exploitants de magasins se joindront à M. Dumont pour découvrir tous les produits et services qui s’offrent à leur entreprise dans la salle d’exposition du Salon cette année.

«Il y a tellement de nouveautés à voir, de dire Julie Lemieux, propriétaire du Marché du Boisé à Trois-Rivières. Je ne le manqueraia pour rien au monde.»

Mme Lemieux a commencé à aller au Salon il y a deux ans lorsqu’elle a su qu’elle allait reprendre le magasin ouvert par son père en 1998. «Je suis devenue propriétaire en juin dernier après y avoir travaillé pendant cinq ans comme employée, puis plus tôt, comme étudiante», explique-t-elle.

«Le Salon est un l’endroit idéal pour découvrir de nouveaux équipements et produits pour notre magasin, dit-elle. Par exemple, en plus de la distributrice Slush Puppy, on a une machine à granita, qui est un peut comme une barbotine, mais contient une plus grande base de fruits.»

En plus des fruits et légumes frais et des articles habituellement stockés dans un dépanneur/épicerie, Marché du Boisé se démarque grâce à son large assortiment de bières importées et de microbrasseries. «On cherche toujours des bières intéressantes, souligne Mme Lemieux. C’est bien aussi de pouvoir parler avec d’autres propriétaires de magasins qui offrent différents types de bières pour voir ce qu’ils vendent et aussi pour discuter de leurs relations avec les différentes microbrasseries.»

Le Marché du Boisé stocke une vaste gamme de produits et offre de nombreux services; Mme Lemieux s’intéresse donc à plusieurs aspects du Salon. «Je n’ai jamais assez de temps pour voir tout ce que je voudrais voir, mais j’absorbe beaucoup d’informations et je retourne au magasin très inspirée à essayer de nouvelles choses en termes de produits, comme une station-distributrice de maïs éclaté frais, ou la façon dont le magasin est aménagé pour faciliter la circulation», dit-elle.

Perspectives en ligne

L’an dernier, Mme Lemieux a participé à un panel sur l’utilisation productive des médias sociaux. «J’ai discuté de la façon dont nous organisons notre page Facbook populaire pour obtenir plus de 1000 J’aime et les mesures que nous prenons pour que les clients interagissent avec notre page sur ne base continue», déclare-t-elle.

Les médias sociaux seront le thème d’une autre séance éducative cette année, visant à aider ceux qui n’ont pas encore de présence en ligne à se lancer et à montrer de quelle façon les détaillants utilisent avec succès les médias sociaux pour faire revenir les gens dans leur magasin pour des spéciaux, des rabais et d’autres promotions.

Le Salon ouvrira avec le discours principal de Serge Beauchemin, l’un des investisseurs réguliers de la populaire série télévisée de Radio-Canada Dans l’œil du dragon, qui discutera des défis et des succès des entrepreneurs lors d’une présentation intitulée ??.

Les autres séminaires couvriront les connaissances que le personnel doit posséder sur les produits, surtout dans la catégorie du tabac, de même que les tactiques rentables de publicité et de marketing que les petits détaillants utilisent.

Secrets commerciaux

Lors des ateliers, les propriétaires et exploitants de magasins à chaque table ronde auront la chance de discuter de leurs expériences et de leurs préoccupations.

Ces séances toucheront à plusieurs aspects importants, y compris la gestion du personnel, un marchandisage approprié, comprendre vos chiffres pour mieux gérer votre magasin et les outils et stratégies permettant de bien définir les attentes envers votre personnel et de communiquer efficacement avec les employés, entre autres.

Ouvert aux questions

La séance plénière «Quelles sont les préoccupations majeures des détaillants?» comportera des questions que des détaillants ont soumises en ligne sur CCentral.ca afin d’encourager la participation des détaillants.

M. Dumont se dit intrigué par ces séances éducatives et il espère pouvoir participer à au moins l’une d’entre elles en mai.

Mme Lemieux planifie de passer au moins une journée entière au Salon et peut-être même deux. «Même lorsqu’on connaît très bien son commerce, on peut toujours glaner des conseils et des idées d’autres personnes qui possèdent plusieurs années d’expérience ou qui sont des débutants, mais qui essaient des approches innovantes, dit-elle. C’est une excellente occasion pour les propriétaires de magasins de détail de faire du réseautage et de se rendre compte que leurs défis ne sont pas uniques et qu’il existe des solutions pratiques.»