CCentral
Suivez-nous

Les frais transactionnels : Une préoccupation majeure!

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark

Chaque année, les commerçants canadiens paient approximativement 9 milliards de dollars en frais de transactions pour l’acceptation des paiements par carte de crédit. Exaspérés d’avoir à payer de tel frais, jugés excessifs, les membres de l’A.D.A. ont décidé de développer trois capsules vidéo afin de lever le voile sur différents aspects de cette problématique; problématique qui se révèle au quotidien, à travers chaque transaction effectuée en magasins.

Pourquoi?

Cette action s’est déroulée en mars dernier. Elle faisait suite au dépôt du projet de loi de la sénatrice Ringuette qui propose de limiter les frais chargés aux commerçants. Par contre, les vidéos ont été diffusées avant le dépôt du jugement du Tribunal de la concurrence au sujet de la situation quasi monopolistique de Visa et de Mastercard.

Au moment d’écrire ces lignes, nous ignorons toujours quel sera le verdict du Tribunal. Cette décision sera déterminante pour l’avenir du système de paiement canadien. Plutôt que de demeurer en position passive, nous croyons qu’il faut multiplier les exemples donnant l’heure juste sur les effets néfastes du système actuel.

Pour visionner les vidéos : www.vimeo.com/adaquebec

Si vous partagez nos préoccupations, n’hésitez pas à les diffuser !

Ce qu’on réclame

Pour les petits commerçants comme pour les plus grands, les frais transactionnels sont une source de préoccupation majeure qui a un réel impact sur leur rentabilité. Il est temps que le gouvernement intervienne dans ce dossier afin de mettre en place une structure de paiement moderne, concurrentielle, basée sur les coûts réels du système, et ce, autant pour le bénéfice des commerçants que des consommateurs canadiens.

 

Réclamations de l’A.D.A.

Analyse   indépendante des coûts du système.
Limitation   des frais chargés aux commerçants.
Mise en place de règles favorisant une réelle   concurrence dans l’industrie du paiement.

 

À suivre

L’A.D.A. et ses partenaires continueront de suivre de près l’évolution de ce dossier. L’augmentation des frais de transaction préoccupe grandement les détaillants. C’est un non-sens que ce soient eux qui financent les programmes de fidélisation des compagnies de crédit.

Rappelons que l’A.D.A. est membre de la Coalition québécoise contre la hausse des frais de transaction par carte de crédit et de débit.

Pierre-Alexandre Blouin

Vice-président, Affaires publiques

Association des détaillants en alimentation du Québec