CCentral
Suivez-nous

Mike Black a trouvé une nouvelle façon de payer

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark

Mike Black est loin d’être un novice de l’industrie des lave-autos et des stations-service.

Il est copropriétaire de Valet Car Wash, une chaîne indépendante possédant sept lave-autos et trois stations-service dans le sud de l’Ontario. Quand M. Black était en train de mettre à jour un de ses sites pour le rendre conforme aux spécifications Europay MasterCard et Visa (EMV) à la pompe, il a décidé que le temps était aussi venu de faire des mises à niveau additionnelles de logiciel qui simplifieraient le système de terminaux de PDV du site.

Mais M. Black savait bien qu’il ne pouvait pas le faire seul. «La technologie est rendue tellement complexe qu’il faut vraiment pouvoir compter sur un partenaire fiable», dit-il. Heureusement, il a rencontré Jim Yelle par l’entremise de son représentant de Global Fuels, Danny Maslen. M. Yelle est le directeur des systèmes de gestion du carburant chez Sylogist Ltd., une société ouverte canadienne se spécialisant dans la gestion des distributeurs d’essence automatiques. M. Yelle avait travaillé avec Global Fuels par le passé, et M. Black s’est tourné vers lui pour développer des mises à niveau de logiciel personnalisées qui mettraient son site à l’avant-garde de la technologie du paiement à la pompe au Canada.

Maintenant, ce site Valet Car Wash, qui est sous la bannière Global Fuels, offre des solutions uniques de paiement à la pompe que les clients auraient du mal à trouver ailleurs au pays.

Des rabais à portée de tous

Le site de M. Black a un programme qui offre des rabais sur les lavages aux clients qui ont acheté de l’essence. La taille du rabais dépend de la quantité d’essence achetée. «Si vous achetez 30 litres, vous obtenez un rabais de 5 % sur n’importe quel lavage d’autos; si vous achetez 50 lites, vous obtenez 10 % et si vous achetez 70 litres, vous obtenez 15 %», explique M. Black.

Auparavant, ces rabais ne s’adressaient qu’aux clients qui entraient dans le kiosque. Mais avec l’aide de Sylogist, ce n’est plus le cas.

«On voulait pouvoir offrir ces rabais à la pompe, et Sylogist est parvenue à développer un logiciel qui nous permet de le faire, ce qui est très avantageux pour le client et pour nous, explique M. Black. Maintenant, lorsque le client a fini de pomper son essence, il choisit le type de lavage qu’il désire et le système calcule et accorde automatiquement le rabais.»

La transaction entière peut se faire à la pompe, ce qui permet aux clients de M. Black d’économiser temps et argent.

Simplifier le paiement

Mais M. Black ne s’est pas arrêté là. Il voulait pousser la mise à niveau technologique encore plus loin. «La plupart de nos autres sites sont dotés de postes de paiement autonomes où les clients peuvent payer pour leur lavage, mais ce site n’en avait pas. Les clients devaient entrer dans le kiosque pour payer pour leur lavage d’auto», explique-t-il.

Le kiosque est petit et s’il y avait beaucoup de monde ou si une transaction prenait plus de temps, les gens devaient faire la file.

Il a décidé de résoudre le problème avec une nouvelle idée. «Si une pompe était disponible et qu’une personne voulait seulement acheter un lavage, je me suis dit que ce serait parfait si elle pouvait le faire à la pompe», explique M. Black. Et M. Yelle lui a répondu : «Je crois qu’on peut le faire.»

«Les clients peuvent maintenant aller à la pompe et, sans acheter d’essence, ils peuvent s’en servir comme caisse et acheter un lavage, souligne M. Yelle. C’est unique, c’est comme avoir un autre préposé.»

Bien que la nouvelle technologie ne soit en place que depuis quelques mois, M. Black affirme que 10 % de ses ventes de lave-autos proviennent de la pompe. Il est certain que le nombre va continuer d’augmenter à mesure que les clients découvrent la nouvelle technologie. «C’est un processus d’éducation, et les caissiers doivent expliquer aux clients qu’ils ont la possibilité d’acheter un lavage à la pompe», explique-t-il, ajoutant qu’il a placé des affiches près des pompes pour faire la promotion de ce service unique.

«Je crois que le point principal qu’on a prouvé avec ce site, c’est que M. Black peut gérer son aire de ravitaillement en entier sans caisse avec terminal de PDV, c’est vraiment unique, de dire M. Yelle. On veut que les gens sachent que tout cela a été accompli seulement avec une console intelligente indépendante. On est fier de ça.»

Personnalisation des mises à niveau

Comme c’est le cas avec n’importe quelle mise à niveau technologique, M. Black s’est heurté à quelques petits problèmes, mais grâce à sa bonne relation avec son fournisseur de terminaux de PDV, des solutions ont été trouvées rapidement.

«Une fois qu’on est devenu conforme à la norme EMV, on a remarqué qu’il y avait davantage de personnes qui s’en allaient sans payer, involontairement», remarque M. Black. Il dit que les gens inséraient leur carte de paiement et la retiraient tout de suite avant que la transaction ne passe, s’en se rendre compte qu’il fallait qu’ils entrent un NIP. En entendant le signal pour ouvrir la pompe, le préposé l’autorisait. Le client pensait qu’il avait prépayé, et le préposé pensait qu’il allait entrer payer dans le kiosque après avoir pompé son essence. Mais, les clients quittaient sans payer, et Valet Car Wash s’est retrouvé avec plusieurs instances de vols d’essence par inadvertance.

Quand il a remarqué ce problème coûteux, M. Black a communiqué avec Sylogist pour voir s’il y avait une solution.

«Maintenant, lorsqu’un client insère sa carte de crédit et qu’elle n’est pas autorisée, un message lui indique d’aller à l’intérieur et si le client ne pousse pas ce bouton, le préposé ne peut pas passer outre au système, explique M. Black. C’est une autre amélioration à la volée que Sylogist a apportée pour nous.»

Trouver les ressources

La technologie des lave-autos et des stations-service évolue rapidement, et maintenant avec l’ajout des spécifications EMV, les exploitants doivent se tourner vers les experts pour assurer une transition sans heurt.

«Les détaillants comme Mike Black doivent pouvoir compter sur nous, car nous nous spécialisons dans les distributeurs d’essence automatiques en plus de toutes les fonctionnalités qui les appuient, explique M. Yelle. Il y a trop de technologie aujourd’hui : les pompes, les ave-autos, les enseignes, les capteurs de gaz. Et maintenant, il y a l’EMV en plus.»

Pour M. Black, les autres exploitants de lave-autos représentent aussi une précieuse ressource. «Les détaillants peuvent aussi parler à d’autres exploitants pour se tenir au courant de la technologie », dit-il. Un autre exploitant pourra avoir de l’expérience avec les capacités et les limites de l’équipement, dit-il, ce qui peut être d’une aide précieuse lorsqu’on examine les nouvelles technologies sur le marché.

La technologie peut être personnalisée, mais c’est à chaque exploitant de s’associer a la bonne entreprise, bien adaptée à son commerce.