CCentral
Suivez-nous

Trois trucs pour gérer le marchandisage

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark

Ce ne sont certainement pas les dépanneurs qui manquent à Montréal, mais cela n’a pas empêché André Forget de se créer un créneau dans l’est de la ville.

Il dit que l’emplacement de ces trois Dépanneurs Forget, dans un quartier qu’il connaît et qu’il aime bien, lui donne un avantage certain.

«Nos relations avec nos clients doivent être bonnes, parce que si ce n’était pas le cas, j’aurais fermé boutique il y a longtemps», dit-il en riant. Il a ouvert son premier dépanneur en 1981. «J’ai toujours été prêt de mes clients à cause de ma proximité; je suis né dans ce quartier. C’est comme un film western lorsqu’un étranger arrive et tout le monde dit “C’est qui ce type-là?”. Si un nouveau client entre ici, on le sait.»

M. Forget souligne que c’est la capacité de ses employés à établir des liens avec les habitués qui constitue son plus important avantage sur le marché très concurrentiel de Montréal. Il suit aussi les conseils que son représentant du distributeur à service équipe et une vaste gamme de services, remarque M. Forget. Il m’offre des informations sur le marchandisage et l’aménagement du magasin et il m’avise des rabais offerts par les fournisseurs participants.»

Tirant parti de ses connaissances sur l’industrie, M. Forget s’efforce d’offrir des promotions pertinentes dans ses magasins. Il dit qu’il est toujours en train de refaire le marchandisage et d’offrir des promotions, que ce soit des promos de bière, de croustilles, de boissons gazeuses ou de produits laitiers.

«Chaque mois, nous avons une nouvelle promotion avec notre bannière Beau-Soir, explique-t-il. On offre trios grosses promotions mensuelles, pendant les Fêtes et au début de l’été, où on offre presque 20 produits en promotion. Pendant les neuf autres mois de l’année, on a des promos régulières comprenant entre cinq et 10 produits en promotion.»

Le comptoir-caisse est l’endroit idéal pour les présentoirs, car ils incident les clients à faire des achats impulsifs. M. Forget exploite pleinement le potentiel de cette zone passante, mais «le problème avec le comptoircaisse, c’est que toutes les grosses compagnies le revendiquent, il faut vraiment avoir un grand comptoir. Si vous voulez que vos produits soient vus, c’est l’endroit idéal».

La gestion de l’inventaire est un autre élément important pour M. Forget. Il utilise un lecteur optique qui lui permet de faire le suivi de son inventaire en ligne, surtout lorsqu’il s’agit de ses trois plus importantes categories – la bière, le tabac et la loterie. Il affirme qu’une bonne gestion des UGS joue aussi un rôle très important dans la satisfaction de ses clients.

«On s’assure de toujours avoir en stock les produits que les clients veulent. On essaie toujours de commander une quantité suffisante de produits, et on prend note des produits que les clients nous demandent et on les commande.»

Selon M. Forget, la plus grosse erreur qu’un propriétaire peut faire c’est de gérer son commerce à distance. «Vous devez faire partie intégrante de votre commerce, vous devez y croire. Vous devez évidemment être rentable, mais votre client est aussi important – un client heureux est un client qui revient et qui fait prospérer votre commerce.»

Faites le suivi de vos ventes. Utilisez un lecteur optique pour gérer votre inventaire. Cela vous permettra d’allouer le bon espace à vos plus importantes catégories.

Profitez de votre comptoir-caisse. Placez des présentoirs un peu partout dans votre magasin, surtout à la caisse, où les clients sont plus susceptible de les voir.

Demandez conseil au représentant de votre distributeur à service complet sur le marchandisage et assurez-vous de connaître les dernières promotions qu’il a à offrir.