CCentral
Suivez-nous

Une avalanche de biscuits et de bonbons

FacebookTwitterPinterestTumblrRedditLinkedInGoogle+Share/Bookmark

biscuits-et-de-bonbons

La Biscuiterie Oscar est le paradis des becs sucrés. Dans ses deux magasins de Montréal, la biscuiterie/confiserie offre une foule de biscuits, de bonbons et de chocolats, de même que des noix et des croustilles.

«On a des bébés à la réglisse, des soucoupes, des lunes de miel et autres bonbons qui évoquent des souvenirs d’enfance pour bien des gens et qu’ils ne trouveront pas facilement ailleurs», explique Daniel Simard, propriétaire du magasin de la rue Ontario.

Les trois quarts des produits de M. Simard sont vendus en vrac pour que les clients puissent faire provision de leurs favoris ou choisir des bonbons à leur gré et les faire envelopper sur place pour offrir en cadeau original.

«Il y a tellement de gens qui nous ont demandé comment démarrer une confiserie que j’ai essayé de franchiser notre concept, mais je me suis rendu compte que ce n’était pas si facile pour tout le monde», dit-il.

Comme il stocke plus de 300 variétés de bonbons et plus de 100 sortes de biscuits et chocolats, M. Simard traite avec de nombreux fournisseurs, et sa tâche est davantage compliquée par le fait qu’il importe un tiers de ses produits.

La gestion de stocks aussi diversifiés représente tout un défi. «Notre système informatique fait le suivi de chaque transaction, dit-il. Une fois par année, on fait un inventaire complet.»

Il connaît aussi beaucoup de succès en offrant à ses clients un brin de nostalgie. «À Pâques, on vend du chocolat dans des boîtes doublées de paille comme dans le bon vieux temps», souligne Julien Simard, le fils de Daniel.

Les quelque 3500 clients hebdomadaires aident à déterminer les produits que le magasin offre. Les gâteries sans sucre, sans lactose et sans gluten ont toutes leur fidèle clientèle, comme les bonbons biologiques d’ailleurs. Les tout derniers produits et l’utilisation des médias sociaux reflètent bien l’adaptation du magasin à une nouvelle ère.

«On vend de tout en ligne, et les commandes fusent de part et d’autre du Québec, mais aussi de New York, de Boston et même d’aussi loin que la France, affirme Julien. On vient de complètement remanier notre site Web transactionnel afin de mieux répondre à ce nouveau type de client.»